François Compaoré a parlé

<< Si Blaise est sollicité et consent, il se présentera>>

Pour un coup de poker, c’en est un. Par le pur des hasards, nous avons sollicité un entretien avec François Compaoré, conseiller économique à la présidence du Faso et surtout frère cadet du chef de l’état.
L’homme dont les  interviews  sont aussi rares que les larmes d’un cheval, a accepté. Comme quoi il y a un Dieu pour les journalistes.
François Compaoré rompt donc le silence,et évoque dans cet entretien des questions relatives au référendum, à l’article 37, aux démissions qui touchent le CDP et bien sûr, à la candidature de Blaise. Exclusivité. 



Comment se porte François Compaoré ?

FC : Dieu merci, je me porte bien.

Commençons par le commencement : le 5 mars 2012, des hiérarques et membres fondateurs du CDP, le parti majoritaire, sont envoyés dans l’anti-chambre de la retraite politique par le congrès. Avec le recul et les évènements qui s’en sont suivi, n’était-ce pas une erreur de casting ?

FC : Une erreur de casting, c’est peut-être trop dire. Au dernier congrès, notre parti a bien voulu apporter du sang neuf aux instances décisionnelles et c’est à ce titre qu’une place prépondérante a été accordée aux jeunes et aux femmes. En témoignent les résultats obtenus aux dernières élections législatives et municipales. Ce n’est pas la première fois qu’on change les membres de la direction du parti, et cela a toujours été ainsi par le passé.

Est-ce, selon vous, politiquement acceptable que le CDP mette des grands militants tels Roch, Salif et Simon à la touche, alors qu’ils ont bâti le CDP ?

FC : La force d’un parti repose sur l’ensemble de ses militants et sympathisants. Le parti a déjà par le passé opérer des changements, sans que cela ne porte préjudice ou susciter des crises. Les statuts de notre parti stipulent que l’adhésion reste libre.

Ceux qui ont pris les rênes du CDP à l’époque, vous sont proches via la FEDAP/BC. On a parlé d’OPA de l’association sur le CDP.

FC : Le CDP et la FEDAP/BC sont deux structures qui travaillent à accompagner le chef de l’Etat dans son programme. Le CDP joue un rôle politique et la FEDAP/BC est un regroupement d’associations qui souhaite œuvrer au développement de notre cher pays, en apportant son soutien au Président du Faso. La preuve est que certains militants de notre parti sont sympathisants  de la FEDAP/BC. Il n’y a pas de confusion à ce niveau.

Un ressort est pourtant cassé entre les partants et le président Blaise Compaoré. Quel est votre avis ?

FC : La liberté de pensée et d’expression sont des éléments essentiels qui régissent la vie de notre parti.

Les ambitions sont normales en politique. Les têtes de proue, les partants sont quasiment de la même génération que le président du Faso ; ils s’attendaient légitimement qu’à un certain moment, le président leur passe le témoin. Ce qui a tardé à venir et s’éloigne avec la sortie du chef de l’Etat à Dori, le 12 décembre.

FC : C’est tout à fait normal qu’il aient leurs ambitions, mais je préfère laisser les citoyens apprécier.

Patrimonialisation ! Le mot a été lâché par Salif Diallo en 2011. D’aucuns estiment, quasiment, que l’économie du pays est entre les mains de la famille présidentielle, dont une partie sous la coupe de François Compaoré.
Qu’en dites-vous ?

FC : Tout cela participe de la campagne d’intoxication et  de nuisance politique. J’ai foi aux appréciations données par les partenaires techniques et financiers et à certaines institutions qui connaissent notre pays.

FC : Ces accusations aussi me sont parvenues. Mais, on peut aller vérifier, jusqu’à la base. Ce que j’ai et qui est connu de tout le monde, c’est ma ferme qui est à Koubri, ainsi que des champs que j’exploite à l’Ouest.

Qu’est-ce qui s’est passé avec le Larlé Naaba ?

FC : Il vaut mieux poser la question à l’intéressé et se référer au démenti apporté par le parti.

Le 27 février 2014, vous et Assimi Kouanda étiez, à la tête d’une délégation du CDP, chez le Baloum. Certains chefs ont affirmé après que l’ordre du jour de cette rencontre n’est pas celui qu’on leur a fourni. Vous confirmez ?

FC : C’est avec vous que j’apprends de telles allégations.

Etait-ce une convocation du Mogho Naaba ou une rencontre avec le CDP, voilà qui divise les chefs coutumiers…

FC : Le CDP a toujours eu ce cadre de rencontre avec les coutumiers, garants de notre tradition. C’est une force morale avec laquelle nous avions toujours travaillé. Ils ont toujours exprimé leur soutien au chef de l’Etat.C’est dans ce cadre que nous nous retrouvons de temps en temps, pour échanger.

L’hémorragie se poursuit au sein du CDP, lequel n’a pas encore trouvé de garrot adéquat pour l’arrêter. Cette situation ne vous fait-elle pas peur ?

FC : Il faut placer cela dans la dynamique du parti et de la démocratie, de manière générale.

En fait, vous êtes rivés sur la présidentielle de 2015 ?

FC : Oui ! Nous sommes à pied d’œuvre pour cela !

Avec le même candidat, le probable président-candidat Blaise Compaoré ?

FC : S’il consent et s’il  est sollicité de nouveau par le CDP.

Les gens ne veulent pas du référendum. Les 29 juin et 28 juillet 2013 et le 18 janvier 2014, l’opposition burkinabè a organisé des marches pour décrier le référendum. Vous semblez persister à le tenir ?

FC : On ne peut  pas vouloir une chose et son contraire.  Il faut faire foi au peuple qui appréciera en temps opportun.

Parce qu’ils estiment que par des fraudes et l’analphabétisme aidant, le oui va l’emporter ?

FC : Notre peuple est bien mature, et l’analphabétisme n’est pas signe de méconnaissance de la vie sociopolitique. Le gouvernement a fait des efforts pour instaurer la biométrie, afin d’éradiquer définitivement la fraude. La preuve vous a été apportée lors des élections partielles. L’arrondissement 4 est un exemple illustratif.

Donc pour vous, c’est cap sur le référendum ?

FC : C’est l’ultime moyen d’expression du peuple.

Supposons qu’on fasse le référendum, le oui l’emporte, on modifie  l’article 37, ça veut dire que Blaise va se présenter ?

FC : A mon humble avis, je préfère que vous lui posez la question, mais je pense que dans toutes les démocraties du monde, le référendum a toujours fait avancer la démocratie.


Quid du sénat qui est mis en veilleuse ?

FC : Le Sénat est bien inscrit dans la constitution et constitue avec l’Assemblée nationale les deux piliers de notre démocratie. Il faut permettre à d’autres composantes de notre société de s’exprimer.

Donc aujourd’hui, c’est le référendum, la priorité ?

FC : C’est plutôt le mécanisme par lequel on peut aboutir à une paix durable dans un pays où s’exerce  la démocratie.

Mais, c’est le même peuple qui ne veut ni du référendum ni du Sénat, encore moins de la modification de l’article 37.

FC : Je ne sais de quel peuple vous parlez. Le peuple est souverain et libre de choix.


Revenons à l’arrondissement n°4 : Zakaria Sawadogo, le candidat du CDP a été battu à plate couture. Est-ce qu’au-delà de cet échec, ce n’est pas un camouflet pour vous-même ?

FC : Cette élection avait une particularité, et ceux qui connaissent l’histoire de l’arrondissement 4 savent faire la part des choses. Nous avons regretté que notre liste n’ait pas été retenue. Mais nous respectons le verdict des urnes .

Quels sont les projets du parti sur le mouvement associatif ?

FC : Nous avons de grandes ambitions pour fédérer les associations par des actions concrètes. Pour cela, le parti a commandité une étude sur la promotion de la vie associative au Burkina Faso. Cette étude est déjà prête et sera ventilée au niveau des associations pour recueillir leurs avis, avant de la soumettre aux autorités compétentes.


Interview réalisée par
Zowenmanogo ZOUNGRANA



Commentaires   

 
+4 #5 traore yacoub 24-04-2014 18:40
ca n'engage que ceux qui croient et qui vous suivent
Citer
 
 
-4 #4 Diaspora Miami, USA 22-04-2014 13:37
Excellent interview - Excellentes reponse de M. Compaore. En politique on ne peut se lever parler juste parce que les uns et les autres sont currieux. Courage a tous. La stabilite politique et sociale est tres importante. soutenons le dialogue et oeuvrons vers une solution durable. Merci
Citer
 
 
-3 #3 Sharonne 21-04-2014 19:48
Merci le conseiller pour cet brillant interview! Vive le référendum car il faut vraiment que l'opposition accepte d'aller pour que le peuple se prononce. Félicitations a vous et courage surtout!
Citer
 
 
-2 #2 Rwalian 14-03-2014 13:41
Interview succincte. Qu'il parle plus souvent car le silence n'est à l'avantage de personne. Monsieur François ne communique pas du tout.
Citer
 
 
0 #1 Weder 11-03-2014 11:50
Belle interview mais je reste sur ma faim!
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Partners Section:

  1. New movie releases
  2. New movie releases
  3. New movie releases
  4. New movie releases
  5. New movie releases
  6. New movie releases
  7. New movie releases
  8. New movie releases
  9. New movie releases
  10. New movie releases
  11. New movie releases
  12. New movie releases
  13. New movie releases
  14. New movie releases
  15. New movie releases
  16. New movie releases
  17. New movie releases
  18. New movie releases
  19. New movie releases
  20. New movie releases
  21. New movie releases
  22. New movie releases
  23. New movie releases
  24. New movie releases
  25. New movie releases
  26. New movie releases
  27. New movie releases
  28. New movie releases
  29. New movie releases
  30. New movie releases
  31. New movie releases
  32. New movie releases
  33. New movie releases
  34. New movie releases
  35. New movie releases
  36. New movie releases
  37. New movie releases
  38. New movie releases
  39. New movie releases
  40. New movie releases
  41. New movie releases
  42. New movie releases
  43. New movie releases
  44. New movie releases
  45. New movie releases
  46. New movie releases
  47. New movie releases
  48. New movie releases
  49. New movie releases
  50. New movie releases
  51. New movie releases
  52. New movie releases
  53. New movie releases
  54. New movie releases
  55. New movie releases
  56. New movie releases
  57. New movie releases
  58. New movie releases
  59. New movie releases
  60. New movie releases
  61. New movie releases
  62. New movie releases
  63. New movie releases
  64. New movie releases
  65. New movie releases
  66. New movie releases
  67. New movie releases
  68. New movie releases
  69. New movie releases
  70. New movie releases
  71. New movie releases
  72. New movie releases
  73. New movie releases
  74. New movie releases
  75. New movie releases
  76. New movie releases
  77. New movie releases
  78. New movie releases
  79. New movie releases
  80. New movie releases
  81. New movie releases
  82. New movie releases
  83. New movie releases
  84. New movie releases
  85. New movie releases
  86. New movie releases
  87. New movie releases
  88. New movie releases
  89. New movie releases
  90. New movie releases
  91. New movie releases
  92. New movie releases
  93. New movie releases
  94. New movie releases

Aujourd'hui au Faso

11 BP 529 Ouagadougou CMS 11- Téléphone: 50 30 27 37/ 70 93 57 57 - Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | webmail