Flash d'informations

L’Opposition à l’arrondissement n°3 : «Y en a qui veulent une guerre froide» Jean Hubert Bazié

L’opposition politique burkinabè s’est rendue à la mairie de l’arrondissement n°3 de Ouagadougou, le jeudi 16 novembre 2017. Elle a apporté au maire Raïnatou Ouédraogo/Sawadogo, son soutien dans la crise à laquelle elle fait face.

Lire la suite...

A la une

Le Tchad à sec

Qui pour remplir ses tonneaux de Danaïdes ?

Lorsque Idriss Déby peint la situation économique du Tchad en noir, lui le zaghawa sans-peur, qui encaisse, sans broncher s’il en est arrivé à appeler économiquement au secours, c’est qu’il y a effectivement péril en la demeure. Tout le Brut du pétrole  est englouti par les créances contractées depuis des années dues au congloméra anglo-suisse Glencore !

Des dettes toxiques,  émises pour acheter des parts dans le consortium qui exploite le bassin pétrolier de Doba. Dur après-pétrole donc, pour le Tchad qui, durant près de deux décennies a usé et abusé de l’or noir pour des dépenses somptuaires et alimenter des comptes privés, si ce n’est pour supporter les effort de ruineuses guerres. En effet, pour faire la guerre contre la Libye, puis contre les rebelles qui en voulaient à son fauteuil, Idriss Déby a dû raquer cher, des sous qui venaient bien sûr de la manne pétrolière. A un certain moment, le pétrole représentait dans les années 2000, 90% des exportations du Tchad, ce qui faisait tout de même un bon paquet de réserves financières, si fait que le pouvoir de Déby qui n’avait que 10 ans d’existence avait même pensé à un fonds souverain destiné à la jeunesse. C’était sans compter avec la guerre qui contraignit le régime, acculé par les coups de boutoir des Erdimi et Cie à casser cette tire-lire pour se ravitailler en armements. La malédiction du pétrole ?

C’est tout comme ! Lorsque l’être humain est envahi par la richesse, la tentation est forte pour lui de verser dans la démesure, la dépense outrancière et les choix dispendieux douteux. S’il ne sort vite de cette spirale, il se retrouve très vite à grignoter les os des vaches maigres du statu quo ante.

Le Tchad est-il actuellement dans la même situation ? C’est une possibilité. Lorsque l’or noir a explosé sous les entrailles de son écorce terrestre en 2002, les dirigeants avaient vu le paradis à leurs portes. Mais pas seulement. Les Tchadiens aussi. Les dépenses ont donc atteint les plafonds de la déraison, les augmentations ont foisonné arrosé avec une bonne dose d’insouciance, avec cette naïveté qu’ont tous les «hébergeurs» de la manne noire de penser qu’elle restera éternellement dans les cousins du divan de leur sous-sol.

A la décharge d’Idriss Déby, le pétrole n’a pas tari au Tchad. Toutefois, ce sont les choix non mûrement réfléchis, un malheureux concours de circonstances (la chute du prix des barils de pétrole) et la voracité de prédateurs intérieurs et extérieurs sans scrupules qui l’ont mis dans cette situation de banqueroute.

C’est vrai que le pétrole a soutenu l’important effort de guerre du Tchad. Mais si ce n’était ce prêt mal réfléchi contracté auprès de Glencore pour exploiter le pétrole, le pays ne serait pas en train de forer pour rembourser. Une situation totalement absurde s’il en est. Mais, il n’y avait pas que l’acquisition des fusils des roquettes, des chars… qui expliquerait en totalité cet assèchement du Trésor tchadien : le flot pétrolier a été synonyme de hausse de salaires, de prix de denrées de première nécessité, de rythme de vie… Or, les énergies fossiles ont une durée de vie limitée.

Quoi qu’il en soit, la triste réalité est aujourd’hui immuable. Les caisses sont vides. Et malheureusement, il n’y a pas assez d’investissements à montrer du doigt. En principe, le Tchad aurait dû être aujourd’hui à l’image des Emirats ou de ces pays arabes à qui le pétrole a totalement fait changer et fait briller la carrosserie. Au lieu de cela, c’est un pays qui se réveille avec une gueule de bois, habillé de ses anciennes guenilles.

De sorte qu’il plane un air de malédiction du pétrole pour ce qui concerne les pays africains. C’est le cas par exemple du Gabon, gorgé de l’or noir, mais qui a du mal  à prendre l’embonpoint en termes d’infrastructures et de bien-être des populations que cela devrait normalement entraîner. Un Gabon qui a aussi actuellement mal en ses caisses ! Envisager des coupes budgétaires, de réduire le train de vie l’Etat, de renégocier les conditionnalités du paiement de la dette avec Glencore, et surtout se faire perfuser par le FMI ou la Banque mondiale, c’est bien, mais, c’est connu, en plus d’être amères, les potions que font ingurgiter les institutions de Brettons Woods, aux pays africains, n’ont été que de passagère bouées de sauvetage. Qu’on se souvienne des PAS, les fameux Programmes d’ajustement structurels, dont les résultats furent mitigés, voire carrément des échecs. Aujourd’hui, le Tchad est biberonné, semestriellement à dose homéopathique par le FMI. Il faut bien remplir les tonneaux de Danaïdes ! A moins d’appliquer des politiques d’autoajustement comme l’a fait un certain Thomas Sankara entre 1983 et 1987, et à sa mort, le Burkina Faso, respirait économiquement. Dur retour à la réalité donc pour le Tchad. Le retour à la terre et à l’élevage pour les Tchadiens, recommandé par le président Déby, pour amorcer cet après-pétrole ne sera salutaire, que si les paysans et les éleveurs sont accompagnés, vigoureusement par l’Etat, sous forme de mécanisation agricole, subvention des intrants, pour quitter l’agriculture vivrière et rentrer de plain-pied dans celle de rente, de l’agro-business. Ce sera une des voies pour s’autosuffire, et essayer de se passer de l’aide. La main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit ! Car le même fougueux capitaine burkinabè Thomas Sankara disait sur la tribune de l’ONU, que «Si nous (les Africains) ne payons pas la dette, ceux à qui nous devons ne mourront pas, par contre, si nous la payons, c’est nous qui mourrons».

La seule consolation qui reste, est qu’il est à espérer que le Tchad va tirer leçon de cette mésaventure et se préparer à mieux laborer la terre, car la terre ne ment jamais ! .

Ahmed BAMBARA

 

Ajouter un Commentaire


Partners Section:

  1. New movie releases
  2. New movie releases
  3. New movie releases
  4. New movie releases
  5. New movie releases
  6. New movie releases
  7. New movie releases
  8. New movie releases
  9. New movie releases
  10. New movie releases
  11. New movie releases
  12. New movie releases
  13. New movie releases
  14. New movie releases
  15. New movie releases
  16. New movie releases
  17. New movie releases
  18. New movie releases
  19. New movie releases
  20. New movie releases
  21. New movie releases
  22. New movie releases
  23. New movie releases
  24. New movie releases
  25. New movie releases
  26. New movie releases
  27. New movie releases
  28. New movie releases
  29. New movie releases
  30. New movie releases
  31. New movie releases
  32. New movie releases
  33. New movie releases
  34. New movie releases
  35. New movie releases
  36. New movie releases
  37. New movie releases
  38. New movie releases
  39. New movie releases
  40. New movie releases
  41. New movie releases
  42. New movie releases
  43. New movie releases
  44. New movie releases
  45. New movie releases
  46. New movie releases
  47. New movie releases
  48. New movie releases
  49. New movie releases
  50. New movie releases
  51. New movie releases
  52. New movie releases
  53. New movie releases
  54. New movie releases
  55. New movie releases
  56. New movie releases
  57. New movie releases
  58. New movie releases
  59. New movie releases
  60. New movie releases
  61. New movie releases
  62. New movie releases
  63. New movie releases
  64. New movie releases
  65. New movie releases
  66. New movie releases
  67. New movie releases
  68. New movie releases
  69. New movie releases
  70. New movie releases
  71. New movie releases
  72. New movie releases
  73. New movie releases
  74. New movie releases
  75. New movie releases
  76. New movie releases
  77. New movie releases
  78. New movie releases
  79. New movie releases
  80. New movie releases
  81. New movie releases
  82. New movie releases
  83. New movie releases
  84. New movie releases
  85. New movie releases
  86. New movie releases
  87. New movie releases
  88. New movie releases
  89. New movie releases
  90. New movie releases
  91. New movie releases
  92. New movie releases
  93. New movie releases
  94. New movie releases

Aujourd'hui au Faso

11 BP 529 Ouagadougou CMS 11- Téléphone: 50 30 27 37/ 70 93 57 57 - Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | webmail