Flash d'informations

Police : 114 motos saisies auprès de deux bandes de délinquants

Le directeur régional de la police et ses collaborateurs étaient face à la presse, dans l’après-midi du jeudi 12 octobre 2017, à Ouagadougou. Au cours de ce point de presse, deux réseaux de délinquants, le premier composé de 10 individus et le second, de 8 individus, ont été présentés aux hommes des médias. L’enquête qui a conduit à leur arrestation a permis de saisir en tout 114 engins à deux roues,  des appareils électroniques, de faux documents d’engins, du cannabis, des cartes grises et CMC, etc.

Lire la suite...

A la une

Djibrill Bassolé

La liberté provisoire est-elle soluble dans la résidence surveillée ?

De la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) à une résidence surveillée et gardée ? Les pas que Djibrill Bassolé aura réellement faits s’étalent de l’emplacement du  camp militaire Sangoulé Lamizana à sa nouvelle «prison» sise à quelques jets de pierres du palais présidentiel.

A l’arrivée, il n’aura pas eu le réconfort moral de retrouver des objets, des souvenirs et des murs de son domicile dont le souvenir s’est effiloché depuis deux ans. Certes, il a pu voir sa famille hier et quelques militants. Mais le fait qu’il y ait eu des mics-macs, mercredi dernier, dans la soirée au Tribunal militaire sur le choix de sa résidence en dit long sur la dénomination du point de chute de l’illustre inculpé.

Ainsi en a décidé la Justice militaire, après des gymnastiques judiciaires dont seuls ont eu le secret, les magistrats militaires qui ont délibéré. D’abord annoncée libre provisoirement, Djibrill Bassolé n’a pas «bougé» de la MACA. Il y a passé la nuit, pour s’entendre ensuite dire que le commissaire du gouvernement a fait appel de la décision du Président de la Chambre de contrôle. Ce dernier veut mettre des garde-fous à cette liberté provisoire. Après une bataille rangée entre avocats et magistrat, le juge a finalement décidé d’agréer à la demande du procureur militaire. Djibrill Bassolé profitera de sa liberté provisoire entre  quatre murs, dans une résidence surveillée, et plus exactement dans une des villas cossues, initialement destinée aux hauts gradés militaires, villa où d’ailleurs la SONABEL et l’ONEA s’attelaient hier à fournir les différentes commodités.

Le principal concerné a d’abord joué au résistant. Il ne voulait pas y aller. Il voulait retrouver son domicile. En fait, sa maison, avant son incarcération,  de fonction située sur l’avenue Ki-Zerbo, certes, mais dans laquelle il vivait depuis 1996. Mais un détenu n’a certainement plus les mêmes droits qu’un citoyen exempt d’une suspicion. Voilà pourquoi il a finalement suivi son escorte ou ses geôliers, c’est selon, qui l’ont conduit dans sa nouvelle «prison».

Car, c’en est une. Ce dont il ne se plaindra certainement pas, c’est la sécurité. Selon des indiscrétions, la résidence en question a été mise sous coupe réglée et les visites qu’il y reçoit sont soigneusement filtrées. Gendarmes avec armes, fouilles méthodiques, bref patte blanche est requise avant d’y entrer.

Au-delà de tout ceci, l’on sait que le judiciaire ou l’exécutif ne tient pas à courir le risque que Bassolé s’évapore comme la rosée sous le soleil dès que les premières lueurs de la liberté le toucheront. Cette éventualité semble être sérieusement la hantise qui turlupine tout le monde. Il n’est pas d’ailleurs jusqu’aux OSC qui réclament le retour de Bassolé à la MACA. Voilà pourquoi le «prisonnier» est sorti d’une prison de fer pour rejoindre un cocon d’araignée. Il reste à savoir si dans cette bulle aux barres dorées suffira à régler le principal problème pour lequel il a demandé cette liberté provisoire : sa santé.

En effet, si l’on lit bien les motivations qui ont pesé pour qu’il ait cette liberté provisoire, c’est le fait qu’il devrait se faire soigner de ses problèmes cardiaques. Est-ce une destination temporaire, en attendant une éventuelle évacuation sanitaire ? Ou est-ce que les médecins spécialistes vont le rejoindre à Ouagadougou ? On avait compris que liberté provisoire était le fait de pouvoir au moins se mouvoir au Burkina Faso, sans pouvoir franchir le territoire, sauf autorisation express. Alors que dans le cas de Djibrill, il jouit de cela sur le papier mais dans les faits, il est encore surveillé. In fine : la liberté provisoire est-elle soluble dans la résidence surveillée ? Chers spécialistes du droit, éclairez notre lanterne.

Ahmed BAMBARA

Ajouter un Commentaire


Partners Section:

  1. New movie releases
  2. New movie releases
  3. New movie releases
  4. New movie releases
  5. New movie releases
  6. New movie releases
  7. New movie releases
  8. New movie releases
  9. New movie releases
  10. New movie releases
  11. New movie releases
  12. New movie releases
  13. New movie releases
  14. New movie releases
  15. New movie releases
  16. New movie releases
  17. New movie releases
  18. New movie releases
  19. New movie releases
  20. New movie releases
  21. New movie releases
  22. New movie releases
  23. New movie releases
  24. New movie releases
  25. New movie releases
  26. New movie releases
  27. New movie releases
  28. New movie releases
  29. New movie releases
  30. New movie releases
  31. New movie releases
  32. New movie releases
  33. New movie releases
  34. New movie releases
  35. New movie releases
  36. New movie releases
  37. New movie releases
  38. New movie releases
  39. New movie releases
  40. New movie releases
  41. New movie releases
  42. New movie releases
  43. New movie releases
  44. New movie releases
  45. New movie releases
  46. New movie releases
  47. New movie releases
  48. New movie releases
  49. New movie releases
  50. New movie releases
  51. New movie releases
  52. New movie releases
  53. New movie releases
  54. New movie releases
  55. New movie releases
  56. New movie releases
  57. New movie releases
  58. New movie releases
  59. New movie releases
  60. New movie releases
  61. New movie releases
  62. New movie releases
  63. New movie releases
  64. New movie releases
  65. New movie releases
  66. New movie releases
  67. New movie releases
  68. New movie releases
  69. New movie releases
  70. New movie releases
  71. New movie releases
  72. New movie releases
  73. New movie releases
  74. New movie releases
  75. New movie releases
  76. New movie releases
  77. New movie releases
  78. New movie releases
  79. New movie releases
  80. New movie releases
  81. New movie releases
  82. New movie releases
  83. New movie releases
  84. New movie releases
  85. New movie releases
  86. New movie releases
  87. New movie releases
  88. New movie releases
  89. New movie releases
  90. New movie releases
  91. New movie releases
  92. New movie releases
  93. New movie releases
  94. New movie releases

Aujourd'hui au Faso

11 BP 529 Ouagadougou CMS 11- Téléphone: 50 30 27 37/ 70 93 57 57 - Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | webmail