Flash d'informations

Plan stratégique du parlement : 5 milliards des PTF pour consolider la démocratie

La deuxième session de concertation des Partenaires techniques et financiers (PTF)  de l’Assemblée nationale s’est tenue, le jeudi 20 avril 2017, à Ouagadougou. S’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre effective du plan stratégique 2016-2020, cette rencontre, présidée par Salifou Diallo, président de l’Assemblée nationale, a pour objectif de faire le point de l’état actuel de la mobilisation des concours financiers et techniques disponibles. 5 milliards de FCFA sur les 7 milliards dont le plan a besoin pour sa mise en œuvre, est la somme qui a été engrangée, à l’issue des échanges.

Lire la suite...

A la une

Assassinat du docteur Jildo Bya Moungou à Bukavu

Les OSC, nouvelles vigies sécuritaires en RDC

Lui a eu moins de chance que son illustre collègue du Kivu, le docteur Denis Mukwege, affectueusement appelé «le réparateur de femme». Lui c’est bien sûr docteur Jildo Bya Moungou, gynécologue obstétricien à Bukavu, connu pour son amitié avec Mukwege.

Ce 14 avril 2017, en ce vendredi saint, prélude à la veillée Pascale, des sicaires ont décidé tout simplement de lui ôter la vie en escaladant le mur de son domicile à Uvira pour lui tirer dessus. Il y a cinq ans, en 2012, le docteur Mukwege a échappé de peu à la mort par assassinat. Ce 14 avril, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase à Bukavu, du moins pour les organisations de la société civile : coups de klaxons, banderoles, d’où on pouvait lire «sécurité pour les médecins», «stop à l’impunité», «trop c’est trop», c’est avec tout cet arsenal que 2 000 personnes (société civile, ordre des médecins, simples citoyens) ont défilé de l’hôpital Panzi jusqu’à la place des Martyrs, 7 km plus loin à Bukavu. A la veille des obsèques de ce courageux disciple d’Hippocrate, car il faut quasiment de la témérité pour exercer dans cet environnement où la sécurité est la chose qui manque le plus, à la veille donc des funérailles, la société civile vient rappeler justement que la RDC va à vau-l’eau. La preuve par ces assassinats ciblés et ses fosses communes qui ont transformé tout le Kasaï en immense cimetière avec la découverte de 40 autres fosses entre le 28 et le 30 mars dernier. D’abord, ces questions basiques :

quel danger représentait le docteur Bya Moungou pour mériter pareil sort ?

pourquoi les autorités lui ont retiré, il y a un mois l’escorte policière dont il faisait l’objet ?

quel motif a-t-on brandi pour refuser la passage à la frontière burundaise de l’ambulance dans laquelle était le docteur Bya Moungou blessé, tout en sachant qu’un retour à Uvira signait sa mort ?

Le vice-gouverneur du Sud-Kivu a beau s’égosiller en explications amphigouriques et à des promesses d’enquête, les OSC et les collègues du défunt, le «docteur miracle» en tête, entendez, Denis Mukwege pensent qu’il s’agit bel et bien d’un assassinat.

Le Sud-Kivu, frondeur et région dangereuse par excellence, pour journalistes, personnels soignants et ceux des droits de l’homme est à l’image d’une RDCongo où petitement, la dictature de la pensée unique veut prendre le pas sur la liberté. Tout comme son collègue directeur de l’hôpital de Panzi, docteur Bya Moungou militait pour la paix et abhorrait la guerre, les massacreurs et surtout les violeurs de femmes qui ont transformé cette pratique en arme de guerre. Peu ou prou, il a été tué pour ses idées et ses actions. La société civile, nouvelles vigies sécuritaires et sentinelles de la bonne gouvernance sont vent débout comme un seul homme et c’est le lieu d’encourager ces hommes en blouse blanche qui déjà bravent la peur pour sauver des vies, perdent la leur. C’est insensé et rageant. En général, les OSC sont des contrepouvoirs, pas contre le pouvoir et surtout apolitiques, mais peuvent-elles le rester dans une RDCongo sur cale face à l’immobilisation de la transition née de la nomination de Bruno Tshibala, et du dur désir de Kabila de durer au pouvoir quitte à enjamber des cadavres ? En inhumant aujourd’hui  cet énième supplicié du ‘’système’’, la société civile et tous les démocrates congolais doivent se dire que seule la lutte libère et tant qu’ils resteront cloitrés, Kabila usera de la terreur pour obtenir son deuxième glissement. Le sang du docteur Bya Moungou doit servir de ferment pour la lutte de libération. Et les grèves dans les hôpitaux de Bukavu prevues pour aujourd’hui sont justes. Car sous réserve que l’avenir fasse mentir,  il n’y aura pas d’élections en décembre 2017, le Kasaï continuera à être le théâtre de combats meurtriers et les personnalités en vue, en désamour avec le pouvoir, devront choisir la fuite, la prison, ou … le cercueil. Aujourd’hui, un digne fils de la RDCongo sera enterré, mais, il a allumé une flamme depuis Bukavu, que les Congolais qui aiment leur pays ne doivent pas laisser s’éteindre. Une lumière qui porte les idéaux irréfragables tels que : la liberté, la vérité, la justice, le droit à la différence, ….

Joachim de KAIBO

Ajouter un Commentaire


Partners Section:

  1. New movie releases
  2. New movie releases
  3. New movie releases
  4. New movie releases
  5. New movie releases
  6. New movie releases
  7. New movie releases
  8. New movie releases
  9. New movie releases
  10. New movie releases
  11. New movie releases
  12. New movie releases
  13. New movie releases
  14. New movie releases
  15. New movie releases
  16. New movie releases
  17. New movie releases
  18. New movie releases
  19. New movie releases
  20. New movie releases
  21. New movie releases
  22. New movie releases
  23. New movie releases
  24. New movie releases
  25. New movie releases
  26. New movie releases
  27. New movie releases
  28. New movie releases
  29. New movie releases
  30. New movie releases
  31. New movie releases
  32. New movie releases
  33. New movie releases
  34. New movie releases
  35. New movie releases
  36. New movie releases
  37. New movie releases
  38. New movie releases
  39. New movie releases
  40. New movie releases
  41. New movie releases
  42. New movie releases
  43. New movie releases
  44. New movie releases
  45. New movie releases
  46. New movie releases
  47. New movie releases
  48. New movie releases
  49. New movie releases
  50. New movie releases
  51. New movie releases
  52. New movie releases
  53. New movie releases
  54. New movie releases
  55. New movie releases
  56. New movie releases
  57. New movie releases
  58. New movie releases
  59. New movie releases
  60. New movie releases
  61. New movie releases
  62. New movie releases
  63. New movie releases
  64. New movie releases
  65. New movie releases
  66. New movie releases
  67. New movie releases
  68. New movie releases
  69. New movie releases
  70. New movie releases
  71. New movie releases
  72. New movie releases
  73. New movie releases
  74. New movie releases
  75. New movie releases
  76. New movie releases
  77. New movie releases
  78. New movie releases
  79. New movie releases
  80. New movie releases
  81. New movie releases
  82. New movie releases
  83. New movie releases
  84. New movie releases
  85. New movie releases
  86. New movie releases
  87. New movie releases
  88. New movie releases
  89. New movie releases
  90. New movie releases
  91. New movie releases
  92. New movie releases
  93. New movie releases
  94. New movie releases

Aujourd'hui au Faso

11 BP 529 Ouagadougou CMS 11- Téléphone: 50 30 27 37/ 70 93 57 57 - Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | webmail